11-12 nov 2011 - 4ème Forum Social Des Quartiers Populaires à St Denis

Publié le par Idées à coudre

 

 

Rendez-Vous politique, social et culturel des quartiers et cités populaires. FSQP 2011 : 4ème édition !

FSQP_2011.jpg

Le Forum Social des Quartiers Populaires 2011

aura lieu les 11 et 12 novembre 2011

à Université de St Denis-Paris 8

(metro ligne 13 - St Denis Université)

 

S'Unir ou Subir


"L'attention politique et médiatique portée en France sur « le Printemps Arabe » est proportionnellement inverse à celle portée sur les quartiers populations et les populations qui y vivent. Les peuples arabes qui étaient présenté comme pris entre le marteau islamiste et l'enclume des régimes autoritaires démontrent la possibilité de tracer d'autres chemins autonomes...


En Europe on s'extasie sur ces soulèvements populaires qui reprennent en partie des mots d'ordre d'inspiration démocratique. Les quartiers populaires qui depuis des décennies n'ont pas cessé d’être le lieu de luttes sociales et politiques réclamant l’Égalité réelle, la Justice et la Dignité ont été à l'inverse, et sont toujours, la cible d'une répression politique aussi violente qu'absente de la Une.


La politique classique et efficace du « diviser pour mieux régner » est devenue la Loi des Quartiers : Hommes/Femmes, Musulmans/non-musulmans, Noirs/Blancs, Noirs/Arabes, Chômeurs/Salariés. Jeunes/Vieux, Français/Étrangers..


Les affrontements font plus de morts que la Police nationale
Face à au clientélisme politique et à sa comparse idéologique "la diversité", face à la politique sécuritaire comme seule service public, nous réaffirmons la possibilité d'autres chemins, d'autres politiques, d’autres discours.


Le racisme et la xénophobie d'état s'exprime et s'applique sans complexe à travers un arsenal de lois aussi répressives que médiatiques, les classes populaires sont désignées comme le nouvel ennemi intérieur dont l'Etat s'est donné pour mission de mater et dresser. Quant à la Gauche et son extrême, elles n'ont fait que creuser un fossé avec les quartiers populaires tout en se gaussant de les représenter du fond de leur centre-ville. La droitisation de la société française rend acceptable une politique de criminalisation de la pauvreté.


En somme le contexte politique se prête au mieux, à un abandon des quartiers, au pire à punir les classes populaires.


L’assignation des mouvements issus des quartiers et de l'immigration à une position de contestation vaine et infantile a pour but de décrédibiliser et d'étouffer toutes initiatives politiques qui pourraient émerger de ces territoires. Il n'est pas anodin qu'à l'approche des prochaines échéances électorales les petites mains jaunes de SOS racisme sont de retour avec leur concert folklorique, bonne enfant et avant tout électoraliste.


La Responsabilité comme langage et pratique dans nos quartiers nous incombent de réaffirmer que le changement est ailleurs. Dans les quartiers, au sein des classes populaires et non pas dans les états-majors politiques de centre-ville.


Les émeutes de 2005, et celles plus proches, ne sont qu’une illustration des plus tragiques de l'échec de la politique de la Ville en œuvre depuis trois décades en France. C'est aussi et en partie, le reflet de notre impossibilité à imposer à l'échelle nationale la question des quartiers populaires comme priorité nationale et non pas seulement faits divers et réserve électorale pour la Gauche.


La réponse se trouve tout comme les soulèvements de l’autre côté de la méditerranée en notre sein : les habitants des quartiers qui sont les plus à même de maitriser leur destin et leur territoire. L’autonomie des luttes, la responsabilité de nous et de nos proches sont les premiers pas de ce chemin que Nous tracerons.


La quatrième édition du Forum Social des Quartiers Populaires entend à sa hauteur contribuer à ce Printemps qui ne fait que commencer, en d'autres termes deux issues se profilent à l'horizon de nos banlieues : "S'Unir ou Subir""


--
Association " Forum Social des Quartiers Populaires" -FSQP
41, rue Mouraud- 75020 Paris - métro L9- Porte de Montreuil
Métro: Porte de Montreuil
Mail : fsqp2007@gmail.fr
Site : http://fsqp.fr/

 

 

PROGRAMME :  : http://fsqp.fr/IMG/pdf/progFSQPweb.pdf

 

vendredi

14h S’ORGANISER dans les QUARTIERS : une HISTOIRE POLITIQUE SPÉCIFIQUE

18h La POLITIQUE de la VILLE : un DÉNI de DÉMOCRATIE ?

 

samedi

11h ORGANISATIONS POLITIQUES, COLLECTIFS, ASSOCIATIONS ISSUES de l’IMMIGRATION et/ou des QUARTIERS POPULAIRES : ÉTAT des LIEUX

15h Quelles CONVERGENCES pour faire des QUARTIERS une PRIORITÉ POLITIQUE ?
20h SOIRÉE CULTURELLE

 

 

 

  voir aussi la vidéo

MIB / Chronique 2001-2002,Un film de Reynald Bertrand - 51 mn - 2002

La chronique 2001-2002 du Mouvement de l’Immigration et des Banlieues présente des luttes autonomes qui se sont déroulées dans des quartiers populaires en réaction aux dispositifs discriminatoires tels que la double-peine ou suite à des violences et crimes policiers. Ces luttes, dont le devenir est incertain face à la raison d’état, interrogent la gestion sécuritaire des populations issues de l’immigration et sont l’expression d’un combat pour la dignité et l’égalité. Ce film retrace l’histoire d’un mouvement pris en main par les principaux concernés en quête d’une expression politique direct

 

http://www.fsqp.fr/MIB-Chronique-2001-2002.html

 

----------------

L’appel du F.S.Q.P.

jeudi 12 avril 2007, par F.S.Q.P.  http://www.fsqp.fr/L-appel-du-F-S-Q-P.html


30 ans que les banlieues réclament justice et que des revendications précises ont été formulées au travers de marches, de révoltes, de grèves de la faim, de manifestations et de réunions publiques. 15 ans que le Ministère de la Ville a été créé pour répondre à la relégation sociale et la ségrégation urbaine des cités. Les gouvernements passent avec leurs lots de sigles et de recettes miracles "politique de la ville, rénovation urbaine, cohésion sociale : DSQ, ZEP, ZUP, ZAC, ANRU.... ".

 

Nos quartiers servent de défouloir pour des politiques et des médias en mal de petites phrases assassines sur les "territoires perdus de la République", "parents irresponsables", "zones de non-droit" "mafiatisation" et autres "dérives islamistes". Les habitant-e-s, et notamment les jeunes, sont stigmatisé-e-s et désigné-e-s comme les principaux responsables des dérives de notre société. Ca ne coûte pas cher de donner des leçons de civisme et de montrer du doigt les "racailles", les "sauvageons" ou les "raclures" en les jetant à la vindicte populaire.

 

Les banlieues deviennent une problématique à part, dont on confie la gestion à la police et à la justice. Pourtant des révoltes des Minguettes (1981) à celles de Vaulx-en-Velin (1990), de Mantes-la-Jolie (1991) à Sartrouville (1991), de Dammarie-les-Lys (1997) à Toulouse (1998), de Lille (2000) à Clichy sous Bois (2005), les messages sont clairs :

Assez des crimes et des violences policières impunis, des contrôles aux faciès, des écoles au rabais, assez de chômage programmé, de sous-emplois, de logements insalubres, assez de la prison, assez de hagra et d’humiliations ! On s’habitue aux souffrances silencieuses de millions d’hommes et de femmes qui subissent au quotidien des violences sociales bien plus dévastatrices qu’une voiture qui brûle.

Il est légitime de se révolter face à cet ordre social !

Parce que nous refusons de déléguer notre pouvoir à ceux qui ne nous représentent pas, le Forum social des quartiers populaires sera un espace d’affirmation d’une parole politique, sociale et culturelle à partir des expériences, des histoires, et de la mémoire de nos quartiers. Il sera le lieu de réflexions et de convergences de luttes locales, toutes et tous ensemble donnons leur une visibilité nationale !

 

Nos quartiers et leurs habitant-e-s sont riches d’histoires et de traditions d’engagements. Des révoltes d’esclaves à la Commune de Paris, de l’Etoile nord-africaine à la Main d’Oeuvre Immigrée (MOI), de la manifestation du 17 octobre 61 aux luttes pour la résorption des bidonvilles et des cités de transit, des grèves des foyers Sonacotra à la Marche pour l’égalité, de l’occupation de l’usine Talbot Poissy au mouvement des chômeurs, du mouvement des sans-papiers au comité contre la double peine ; tous ces combats sont constitutifs de l’histoire politique, sociale et syndicale de France. Sortons de l’amnésie collective et de l’ignorance politique pour nous réapproprier notre mémoire et notre histoire.

Les mouvements d’éducation populaire et les centres sociaux ont été mis en faillite depuis bien longtemps, par les pouvoirs publics en place. Nous affirmons que nous avons aussi notre responsabilité lorsque nous ne faisons rien. Il n’est pas question d’entretenir la démagogie selon laquelle ce serait toujours les autres qui seraient responsables de tous nos malheurs, nous ne pouvons ignorer notre responsabilité collective. A nous d’inventer des formes de solidarités réelles pour améliorer nos conditions de vie.

 

Nous avons beaucoup à dire du racisme, des violences policières, des discriminations sociales, raciales et culturelles, de l’islamophobie, de l’histoire coloniale et de ses conséquences, etc. mais nous refusons d’être cantonnés à cela. Nous avons autant à dire de la santé, de l’éducation, du travail, du libéralisme, du sexisme, de l’environnement, des rapports Nord-Sud, de l’information, des formes de résistances et de libération, des combats pour la justice, pour l’égalité, pour la liberté… L’enjeu est d’initier une présence comme acteurs et actrices à part entière, produisant nos propres discours et des pratiques autonomes. L’avenir de nos quartiers dépend de nous, de vous.

 

Notre volonté ne se réduit pas à défendre les quartiers pour les quartiers. Nous avons besoin de références communes et d’une stratégie collective clairement assumée. Les banlieues occupent une place centrale dans nos villes, et ne peuvent être gérées de manière spécifique. Le forum [...] sera un lieu d’élaboration collective pour agir. Nous appelons toutes celles et tous ceux pour qui la question des quartiers est une priorité, à prendre leurs places au sein des collectifs d’organisation. De nombreuses rencontres et discussions ont abouti à la création d’une association nationale ayant pour objet l’organisation du Forum social des quartiers populaires. Dès à présent, nous vous invitons à nous rejoindre, au travers des collectifs régionaux d’organisation (Paris, Lyon, Montpellier, Toulouse) pour préparer et construire cet événement national.

 

Le forum sera un rendez vous pour celles et ceux qui veulent construire une force et une parole collective issus des quartiers. Il est impératif de dépasser nos identités propres et de nous appuyer sur la diversité de nos histoires politiques, associatives, électorales, faites de revendications, de luttes et de participations.

 

Carte d’identité, carte de séjours, sans papiers, toutes et tous, des quartiers ou d’ailleurs, vous invitent à nous rejoindre pour faire de ce rendez-vous des quartiers, un moment de convergence politique, social, culturel, festif, pour imposer une expression commune et offensive de toutes les cités. Quelle que soit l’issue des élections, nous avons besoin d’un mouvement national des quartiers, seule garantie, pour avancer vers l’égalité.

Publié dans Info à partager

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

fsqp 01/11/2011 12:01


[collectif-fsqp] Forum Social des Quartiers Populaires 2011
De: "Forum Social des Quartiers Populaires"
Date: Lun 31 octobre 2011 15:40

Bonjour,

Nous vous envoyons le programme du 4eme FSQP qui se tiendra à St Denis les
11 et 12 novembre prochains....

Si vous avez besoin d'en savoir plus n'hésitez pas.....

*S'Unir ou Subir
"L'attention politique et médiatique portée en France sur « le Printemps
Arabe » est proportionnellement inverse à celle portée sur les quartiers
populations et les populations qui y vivent. Les peuples arabes qui étaient
présenté comme pris entre le marteau islamiste et l'enclume des régimes
autoritaires démontrent la possibilité de tracer d'autres chemins
autonomes...
En Europe on s'extasie sur ces soulèvements populaires qui reprennent en
partie des mots d'ordre d'inspiration démocratique. Les quartiers
populaires qui depuis des décennies n'ont pas cessé d?être le lieu de
luttes sociales et politiques réclamant l?Égalité réelle, la Justice et la
Dignité ont été à l'inverse, et sont toujours, la cible d'une répression
politique aussi violente qu'absente de la Une.
La politique classique et efficace du « diviser pour mieux régner » est
devenue la Loi des Quartiers : Hommes/Femmes, Musulmans/non-musulmans,
Noirs/Blancs, Noirs/Arabes, Chômeurs/Salariés. Jeunes/Vieux,
Français/Étrangers..
Les affrontements font plus de morts que la Police nationale
Face à au clientélisme politique et à sa comparse idéologique "la
diversité", face à la politique sécuritaire comme seule service public,
nous réaffirmons la possibilité d'autres chemins, d'autres politiques,
d?autres discours.
Le racisme et la xénophobie d'état s'exprime et s'applique sans complexe à
travers un arsenal de lois aussi répressives que médiatiques, les classes
populaires sont désignées comme le nouvel ennemi intérieur dont l'Etat
s'est donné pour mission de mater et dresser. Quant à la Gauche et son
extrême, elles n'ont fait que creuser un fossé avec les quartiers
populaires tout en se gaussant de les représenter du fond de leur
centre-ville. La droitisation de la société française rend acceptable une
politique de criminalisation de la pauvreté.
En somme le contexte politique se prête au mieux, à un abandon des
quartiers, au pire à punir les classes populaires.
L?assignation des mouvements issus des quartiers et de l'immigration à une
position de contestation vaine et infantile a pour but de décrédibiliser et
d'étouffer toutes initiatives politiques qui pourraient émerger de ces
territoires. Il n'est pas anodin qu'à l'approche des prochaines échéances
électorales les petites mains jaunes de SOS racisme sont de retour avec
leur concert folklorique, bonne enfant et avant tout électoraliste.
La Responsabilité comme langage et pratique dans nos quartiers nous
incombent de réaffirmer que le changement est ailleurs. Dans les quartiers,
au sein des classes populaires et non pas dans les états-majors politiques
de centre-ville.
Les émeutes de 2005, et celles plus proches, ne sont qu?une illustration
des plus tragiques de l'échec de la politique de la Ville en ?uvre depuis
trois décades en France. C'est aussi et en partie, le reflet de notre
impossibilité à imposer à l'échelle nationale la question des quartiers
populaires comme priorité nationale et non pas seulement faits divers et
réserve électorale pour la Gauche.
La réponse se trouve tout comme les soulèvements de l?autre côté de la
méditerranée en notre sein : les habitants des quartiers qui sont les plus
à même de maitriser leur destin et leur territoire. L?autonomie des luttes,
la responsabilité de nous et de nos proches sont les premiers pas de ce
chemin que Nous tracerons.
La quatrième édition du Forum Social des Quartiers Populaires entend à sa
hauteur contribuer à ce Printemps qui ne fait que commencer, en d'autres
termes deux issues se profilent à l'horizon de nos banlieues : "S'Unir ou
Subir""*

--
Association " Forum Social des Quartiers Populaires" -FSQP
41, rue Mouraud- 75020 Paris - métro L9- Porte de Montreuil
Métro: Porte de Montreuil
Mail : fsqp2007@gmail.fr
Site : http://fsqp.fr/

--
Pour transmettre des messages à l'ensemble des membres de ce ce groupe, envoyez un e-mail à l'adresse
collectif-fsqp@googlegroups.com

Pour répondre directement aux gestionnaires de la liste envoyez un e-mail à l'adresse
fsqp2007@gmail.com

http://fsqp.free.fr